Filmer un spectacle: #1 - les étapes

1 - Créer des images clés (tournage)

2 - Filmer en continu

3 - Caler les images clés (montage)

4 - Mettre en correspondance

5 - Trouer pour varier les plans

#2 - les conseils pratiques

6 - Prise de son

7 - Mono ou multi caméra

8 - Autonomie

9 - Mise au point manuelle

10 - Débrayer l'exposition

11 - Sensibilité

12 - Discrétion

13 - Moteur... action!

 

1 - Créer des images clés (tournage)

L'objectif est d'obtenir un repère de synchronisation clair et bref. Dans ce but, déléguez un des membres de votre équipe pour «flasher» l'image. h lui suffit de se placer sur .a scène, bien en face des objectifs. Vérifiez qu'il soit visible dans le cadre de chaque camescope puis, d'un signe de la main, demandez-lui de lancer un seul éclair lutrin jeux. lin flash d'appareil photo sur piles convient parfaitement : il est bref (moins 3'1/25 s) et très visible même en plan large, plus flagrant qu'un plan de cinéma. ou qu'un simple geste du bras. C'est également plus stil qu'un repère audio de type claquement sec, qui risque fort d'être brouillé par l'environnement sonore ambiant, variable de surcroît selon l'emplacement et les qualités du micro de chaque camescope.

Retour

2 - Filmer en continu

A partir de là, il est impératif de laisser tourner les camescopes en permanence, même pendant les déplacements d'un cadreur mobile, car tout arrêt de l'enregistrement réduirait à néant la validité du repère de départ. Par conséquent, à chaque changenent de cassette ou arrêt/reprise d'enregisrement, lors d'un entracte par exemple, il faut renouveler l'opération de flashage. Afin d'éviter les mauvaises surprises du genre panne d'énergie, il est conseillé de tourner sur secteur plutôt que sur batterie, au moins pour le camescope principal. C'est d'ailleurs lui qui doit assurer, a priori, le son Master, c'est-à-dire délivrer la meilleure qualité audio possible, sans interruption du début, à la fin du spectacle. Un rôle généralement dévolu à la machine placée sur un pied tripode et dotée d'un micro externe de qualité si possible professionnelle.

L'image flashée étant unique et nettement surexposée (blanche), elle est aisément repérable sur la Time Line.

Retour

3 - Caler les images clés

Après avoir copié tous les rushes dans l'ordinateur, r importez-les dans le chutier du logiciel de montage. Utilisez impérativement un seul et unique lecteur pour toutes les cassettes afin d'éviter les risques de fluctuation de vitesse susceptibles d'engendrer une désynchronisation progressive (et sournoise). Cela implique qu'au tournage tous les camescopes soient du même format (DV par exemple) et bien sûr, adoptent: la même vitesse (SP de préférence). Placez tout d'abord sur la Time Line la vidéo Master, c'est-à.-dire celle dont le son est le meilleur du début à la fin. Le sélecteur temporel réglé sur Image par image afin d'avoir la plus grande précision possible, recherchez l'image flashée en naviguant sur la piste. Dans Premiere, il est possible d'ajouter une marque sur une image avec un numéro d'ordre. Une fonction bien pratique dont il ne faut pas se priver. On fait de même avec la (les) vidéo(s) supplémentaire(s) que l'on place sur la (les) piste(s) d'incrustation.

Retour

4 - Mettre en correspondance

Afin de caler ces diverses images clés (deux ou plus) il faut les mettre parfaitement l'une au-dessus de l'autre sur les pistes vidéo. En mode Image par image l'opération est très facile. De plus, grâce à la fonction Magnétisme de Premiere, les marques repères s'attirent dès qu'on les rapproche. Vérifiez ensuite la synchronisation en visualisant la fin de chaque vidéo d'incrustation tout en écoutant le son de la vidéo Master. Par défaut la piste d'incrustation supérieure couvre l'image de la piste en dessous. Pour visualiser une piste image en particulier il suffit de cocher ou décocher le petit icone Œil sur le côté gauche de la Time line.

Retour

5 - Trouer pour varier les plans

La vidéo Master constitue la base image/son 1-du montage, qu'a priori on ne va ni déplacer v ni couper. La variété des plans, voire le d camouflage de quelques ratés, s'opère uniquement par recouvrement. C'est dans la. piste d'incrustation que l'on va tailler sans vergogne en jouant du Cutter pour enlever d'incrustation sont facilement réajustables de-ci de-là des portions d'images, créant des en début ou fin de séquence mais attention: trous qui laissent voir la vidéo Master en des- ne faites JAMAIS glisser la séquence sous. La notion de découpage prend ici tout (en avant ou arrière) sous peine de perdre son sens ! Les créneaux créés sur la piste la synchro!

Retour

# 2 Conseils et astuces

Repérer les lieux de la représentation, avec votre camescope, est bien sûr, préférable. Si vous pouvez assister à une répétition, c'est encore mieux! Vous situerez l'endroit où placer l'appareil afin d'améliorer vos conditions de tour﷓nage. Si vous êtes trop loin de la scène, le microphone ne captera pas correctement les sons, et si vous êtes trop près, vous n'aurez pas assez de recul pour filmer la totalité de l'espace. L'emplacement idéal, de face ou de côté, doit permettre à la focale la plus faible de l'objectif de couvrir la totalité de la zone où l'action se déroule, tout en captant les musiques ou dialogues correctement. Compromis difficile!

6- Prise de son

Si vous utilisez le microphone du camescope vous risquez de saisir les bruits de manipulation et ceux de votre voisinage. Isolez-vous si possible, des autres spectateurs. Le volume d'enregistrement audio est automatique. Dès qu'un silence intervient, le niveau augmente et rend l'environnement proche plus présent. Si votre camescope bénéficie du réglage audio manuel, faites des essais lors des répétitions pour déterminer le bon niveau, afin d'éviter les saturations. Loin de la scène, au sein de la foule, utilisez plutôt un micro-phone externe, de type micro-zoom à directivité variable. Fixé sur la griffe porte-accessoires, il atténue les bruits environnants et accentue la. présence de la voix des comédiens en position extrême (directivité maximum). Mais il apporte aussi du souffle et la perte de la stéréophonie. Si une sonorisation de qualité est utilisée dans la salle, rapprochez-vous des haut-parleurs, sinon éloignez-vous du système de diffusion sonore et placez-vous près de la scène. Dans cette configuration, un micro stéréophonique externe, de type électret, suffit mais un complément optique, grand-angle (x0,7), devient nécessaire pour couvrir un large champ visuel. Si vous souhaitez vous installer au fond de la salle, vous aurez besoin de la complicité des organisateurs. En effet, vous risquez de devoir rapprocher le ou les microphones, voire les placer sur la scène et les relier par un câble au camescope, via une table de mixage s'ils sont nombreux. Prévoyez de longs câbles micro, sinon louez des micros sans fil. C'est une bonne solution pour s'isoler de l'acoustique de la salle et bénéficier d'une bonne présence de la voix des comédiens.

Retour

7 - Prise de vues mono ou multicaméra

Assurez-vous d'avoir le plein de batteries. Là encore, si la structure dans laquelle se déroule l'événement vous soutient, alimentez-vous à une prise de courant proche. Ayez de toute façon une rallonge électrique d'au moins 10 mètres. Pendant les répétitions, faites quelques prises de vues du spectacle pour contrôler les éclairages (attention ils peuvent encore être corrigés). Filmez l'environnement notamment des détails du décor. Ces images pourront servir de plan de coupe lors d'un montage ultérieur, et donner l'impression d'une prise de vues multicaméra, avec différents angles. Notez qu'il est parfois difficile de mélanger des plans de répétition avec ceux du spectacle (absence de costume, réglages de dernière minute), sauf si vous désirez faire un making-of de la représentation et montrer les préparatifs. Notez aussi que le son capté ne sera pas le même avec ou sans public.

Attention aux jeux de lumière, ils se règlent fréquemment à la dernière minute et peuvent varier entre les répétitions, "filage" (répétition finale) compris, et la "première". Pis, ils changent parfois d'une représentation à l'autre.

Retour

8 - Autonomie

Avant le tournage, vous devez impérativement connaître la durée du spectacle pour définir
à l'azimutage des têtes et, parfois, rendent impossible la lecture sur un autre appareil numérique que celui qui a servi à l'enregistrement. Si vous ne pouvez faire autrement et que la vitesse lente vous évite de perdre une portion de la représentation pour cause d'interruption: copiez le contenu de la bande sur plusieurs cassettes numériques, en vitesse normale, après tournage. Par ailleurs, si un entracte est prévu, profitez-en pour changer de cassette, plutôt que vouloir tout enregistrer sur la même bande en vitesse lente.

Retour

9 - Installation

Utilisez un pied pour supporter le camescope pendant la prise de vues. Vous vous épargnerez les bougés, notamment en position télé, voire une bonne tendinite! Aussi, n'arrivez pas au dernier moment pour vous installer. Le pied doit être muni d'une tête fluide pour suivre, sans à-coups, les comédiens dans leurs déplacements- Réservez-vous un péri-mètre de sécurité à l'intérieur duquel aucun spectateur ne risque de toucher votre matériel ou bousculer votre support pendant le tournage.

Débrayez le stabilisateur si vous êtes sur pied. Il devient inutile et peut dégrader l'image en faible lumière. Contrôlez le fonctionne-ment du camescope, introduisez une cassette vierge avant le début du spectacle. Ayez toujours dans votre poche, une batterie de secours et une cassette vierge sans emballage, prête à se glisser dans le camescope, en cas de problème. Positionnez la balance des blancs sur l'un des modes préréglés (lumière du jour ou artificielle), si vous êtes sûr du type d'éclairage utilisé sur le lieu du tournage.

Avant toutes prises de vues, demandez une autorisation de filmer le spectacle. Vous serez en règle avec les auteurs et les organisateurs, et pourrez opérer sans contrainte lors du tournage.
Quand il s'agit d'un spectacle professionnel, il faut l'accord du producteur qui vous guidera vers la personne compétente.

Un conseil: proposez d'offrir une copie de votre enregistrement, cela peut vous aider dans votre démarche. Pour rassurer votre interlocuteur, offrez-lui de signer une décharge spécifiant que vous n'utiliserez l'enregistrement que dans un cadre familial, pour une exploitation privée, et n'en ferez pas un usage commercial sans autorisation préalable. Notez que la copie non autorisée des enregistrements est contraire aux lois sur la propriété artistique.

Pour filmer l'écran au cours d'une projection, mettez la balance des blancs en position lumière du jour et la vitesse de l'obturateur sur 1/25 (si cette fonction est disponible). Juste avant le début du spectacle, faites une première mise au point manuelle sur le décor ou le rideau. Une caméra de poing supplémentaire peut s'avérer souhaitable pour filmer depuis le pied de la scène, acteurs et spectateurs (applaudissements ou rires), et faire des gros plans sur des détails, etc. Dans ce cas, les automatismes vous aideront si vous êtes amené à saisir des plans imprévus.

L'autonomie nécessaire et choisir la source d'énergie appropriée: plusieurs batteries ou alimentation secteur, mais aussi durée de la cassette. Cette dernière dépend du format (D8, DV ou MMV) et de la vitesse d'enregistrement (une seule vitesse en MMV). En D8, la durée de la cassette est réduite des 2/3 par rapport au Hi-8, mais en vitesse lente (LP) on retrouve celle inscrite sur l'emballage. La rnini-DV assure jusqu'à 80 minutes d'autonomie en vitesse standard (Sb) et 120 minutes en vitesse lente (LP). Privilégiez l'allure normale car elle procure une réelle compatibilité en lecture avec l'ensemble des appareils. Bien que la vitesse lente offre des images de même qualité qu'en standard, elle vous prive du doublage audio et la lecture des bandes est plus délicate. Dans le mode lent, les pistes d'enregistrement étant plus étroites, elles sont plus sensibles

Retour

10 - Mise au point manuelle

Les modes automatiques fonctionnent bien dans des conditions normales de prise de vues. Dès que l'on se trouve dans un milieu spécifique, aux éclairages faibles ou violents, mieux vaut débrayer toutes les fonctions et passer en Manuel. Pin faible lumière, l'autofocus a des difficultés à se stabiliser et produit un effet de pompage, assez désagréable, pas toujours visible dans le viseur ou sur l'écran LCD. Soyez prêt à intervenir pour ajuster la netteté dès l'apparition du premier comédien. Si votre camescope dispose d'une touche d'aide à la mise au point (Push auto, par exemple), vous activerez temporairement, en la. pressant, le mode Automatique et en la relâchant, la mise au point restera verrouillée. Cette commande est plus rapide que la traditionnelle bague de mise au point sur l'objectif ou la molette, mais elle implique l'absence d'un premier plan indésirable dans le champ entre la caméra et la scène (colonne, pilier, spectateur). Vérifiez la netteté pendant tout le spectacle, car les conditions de prise de vues conduisent souvent à filmer à l'ouverture maximum de l'iris, donc au minimum de profondeur de champ (zone de netteté), où tous les déplacements d'acteurs sur la scène favorisent le flou, notamment en position Télé.

Retour

11 - Exposition débrayée

Autre point fondamental: la lumière. Si vous avez sur la scène un éclairage ponctuel et très intense, cas d'un chanteur par exemple, l'iris automatique produira des images trop claires, voire très surexposées. Beaucoup de camescopes sont munis d'un mode appelé Spotlight_ Il consiste à fermer le diaphragme quand il est activé, fonction inverse du mode plus connu Backlight pour les contre-jours. C'est au cours des répétitions que vous pourrez juger si la correction apportée est suffisante, car une fois lancé, le camescope ne permet pas toujours de changer d'option. Aussi, par prudence, mieux vaut utiliser le mode Manuel et corriger l'exposition en temps réel, pendant le déroulement de l'action sur la scène, le doigt collé sur la molette de réglage, prêt à intervenir si une modification s'avère nécessaire. Pour cela, le viseur ou l'écran LCD, qui aident au cadrage de l'image, vous serviront de référence pour l'exposition choisie. Veillez donc à bien les régler car ils peuvent vous piéger si leur luminosité a été augmentée ou réduite. Pour les calibrer, il vous suffit de relier votre camescope à un récepteur TV et viser un sujet quelconque, puis comparez l'image obtenue dans le viseur ou l'écran LCD et celle qui apparaît sur l'écran TV, si lui-même est évidemment bien réglé. Sinon, ajustez leur luminosité en position médiane.

Retour

12 - Sensibilité

Si vous filmez des scènes très sombres, il y a deux manières d'accroître la sensibilité du camescope, soit en augmentant le gain, soit en faisant appel aux vitesses lentes de l'obturateur, quand elles sont disponibles sur le camescope. Ces dernières nui-sent à la fluidité des mouvements. Ils deviennent de plus en plus saccadés au fur et à mesure
que la vitesse de l'obturateur diminue (1/25, 1/12, 1/6 et 113) la vitesse normale étant le 1/50s On dispose parfois d'un mod' Lou) Light, souvent repéré par une bougie, mais dont l'accès en cours de tournage nécessite en général l'arrêt de l'appareil et la perte d'une partie du spectacle Si l'augmentation du gain est possible et associée au réglage manuel de l'exposition activez-le avec précaution, car il produit du bruit dans l'image, sous la forma de fourmillements de points, et atténue les couleurs.

Retour

13 - Discrétion

Certains appareils ont un( fâcheuse tendance à générer de( bruits mécaniques très audible( clés que l'on appuie sur le bouton d'arrêt d'enregistrement. Tous ce bruits sont multipliés quand or charge ou décharge la cassette. Il est évident que la discrétion est de rigueur lors d'un tournage; notamment s'il s'agit d'un concert ou d'une pièce de théâtre. Si par mal heur, pendant la prise de vues votre cassette arrivait en fin de bande et que vous deviez la changer, vous seriez dans une situation similaire à celle du téléphone mobile qui sonne en plein spectacle. La honte! Aussi, quand vous filmez, contrôlez toujours le minutage restant. Si vous vous apercevez qu'il y a risque de manque d'autonomie, arrêtez l'enregistrement sur un changement de scène, et passez au mode lent (LP) ou introduisez discrètement une cassette vierge en toussant pour masquer le bruit Vous pourrez ainsi enregistrer les rappels, des moments inoubliables!
L'ajustement manuel de l'iris est indispensable pour éviter de brûler ou sous-exposer l'acteur que l'on décide de valoriser. De fait, l'éclairage de la scène n'est pas toujours homogène et l'opérateur doit sou-vent choisir de favoriser une zone ou l'autre.
Si vous filmez un écran dans le cadre d'une projection cinéma, le 1/25 de seconde est préférable pour éviter les papillotements de l'obturateur. Mais s'il s'agit d'une vidéo, le 1/50 convient davantage.

Retour

14 - Moteur, action!

Vérifiez que l'objectif est propre, un petit coup de chiffon sec ne fait pas de mal, que le pied est bien stable, que la cassette est au début de la bande, que la vitesse est adaptée à la durée du spectacle y compris les rappels, que la mise au point a été préréglée. Vérifiez le contenu de votre poche (batterie, cassette supplémentaire déballée). Munissez-vous d'une lampe électrique pour un éventuel contrôle dans le noir. Vous avez un doigt prêt à intervenir sur l'exposition dès l'apparition du premier personnage sur la scène et un autre pour régler la mise au point. Vous êtes prêt! La lumière commence à diminuer, enclenchez l'enregistrement moteur! Action!

 

Retour