L'axe de changement de dimensions

(niveaux d'action)

La peinture classique (par exemple, le tableau des Ménines, de Velasquez, qui entrecroise ces différents niveaux par plusieurs jeux de miroir, dont celui du tableau lui-même) divise une scène en trois plans : le premier plan, le plan intermédiaire et l'arrière-plan. La mise-en-scène utilise également ces différents niveaux pour faire apparaître les divers plans de l'histoire.

Le théâtre utilise ces trois niveaux de scène : le fond, le milieu de scène et le devant, comme autant de séparations de temps. Un personnage peut par exemple se tenir en fond de scène, dans un présent actualisé, et observer son passé (un autre acteur) qui se joue sur le devant de la scène.

Une scène en flash-back du très beau film Dolores Claiborne est une utilisation magistrale de ce principe.


Dans cette scène, Dolores Claiborne se rend compte que sa fille, 20 ans après, ne se rappelle pas avoir été violée par son père. Dolores se tient au premier plan ; sa fille est assise à une table dans le plan intermédiaire. Dolores réagit en regardant derrière sa fille, vers l'arrière-plan où est située la porte d'entrée. Sur son regard, un flash-back commence, mais à l'arrière-plan seulement. Le mari de Dolores, qui est alors plus jeune de vingt ans, entre. Il se déplace à l'arrière-plan dans une zone temporelle qui date d'il y a vingt ans. Alors que Dolores et sa fille sont situées dans une autre zone, au premier plan. Tandis que la fille de Dolores continue de discuter avec sa mère dans le présent, Dolores regarde son mari mort marcher derrière sa fille.

La dramaturgie, qui se dégage de ce procédé, fait se dérouler l'action sur les trois plans scéniques et donc mêle intimement les temps, passé et présent. La mise en scène aide à préciser les enjeux entre les personnages, ainsi qu'entre les personnages eux-mêmes et leurs destins. Dans cette scène, par exemple, Dolores fait physiquement (et symboliquement) face au passé alors que sa fille lui tourne le dos (et refuse de se souvenir).