Le mouvement de grue

Dans un plan de grue, la caméra est fixée au bout d'un grand bras articulé, lui-même fixé sur un support mobile. La caméra peut ainsi s'élever ou se baisser en fonction des axes et des angles de vue désirés. Le plus souvent, la grue est utilisée pour faire des plans en plongée.

Un exemple cinématographique célèbre est le plan introductif à La Soif du mal, film ultime d'Orson Welles, en tant que réalisateur et acteur. L'ouverture d'un film sur un plan de grue renvoie souvent à un point de vue omniscient, celui du narrateur du film-récit.

La séquence initiale de la Soif du Mal commence par un gros plan sur une bombe à retardement, puis la caméra s'élève au-dessus d'une ville-frontière où règne une intense animation nocturne. Le plan suit de façon fluide des axes linéaires, et semble anticiper l'action.

Ce plan d'ouverture semble être celui d'un personnage omniscient. Cela tient à sa facilité apparente à révéler à l'avance un événement important.

Robert Altman a repris dans The Player ce type de plan en hommage à Orson Welles.

Le plan aérien (en hélicoptère)

Pour un plan aérien, la caméra est placée dans un endroit élevé : le sommet d'une montagne, sur un avion ou dans un hélicoptère. Les qualités graphiques de la perspective d'une vue à vol d'oiseau permettent de tirer facilement le plan vers la représentation symbolique. Voici comment Jane Campion donne sens à ce type de plan dans La Leçon de piano.


Après une journée entière passée à la plage, Ada (Holly Hunter) rentre chez elle. Sa petite fille suit ses traces comme un canard. Leurs pas dessinent une seconde courbe sur le sable mouillé. Non loin de là, le soupirant d'Holly Hunter (Harvey Keitel), qui surveille les deux femmes, hésite à emprunter le chemin d'accès dans le sable.

Le plan aérien permet de suivre visuellement Harvey Keitel dans sa décision. Nous voyons le long chemin dans le sable mouillé séparer le plan en deux : Harvey Keitel se tient d'un côté, et Holly Hunter et sa fille de l'autre. Lorsque Harvey Keitel met ses pas dans les traces de Holly Hunter dans le sable, nous savons qu'il a décidé de lui faire la cour. Ce plan nous permet également de voir le dessin que les deux femmes laissent derrière elles. Nous ne savons pas précisément s'il s'agit d'un hippocampe ou une clef de sol, mais cela trahit la nature fantasque, encore inconnue, d'Ada.

Le plan aérien traduit visuellement la décision d'Harvey Keitel et donne toute son importance au dessin sur le sable, que l'on ne peut saisir dans son entier que d'un point de vue élevé.