Les travellings

Un travelling simple

Techniquement, on parle de travelling lorsque la caméra, fixée sur un chariot (aussi appelé : dolly) glisse sur des rails. La caméra se déplace ainsi sans heurt en suivant un axe établi et, tout comme les rails de chemin de fer, elle peut aller en ligne droite ou suivre des courbes.

Aujourd'hui, le travelling est devenu un terme générique qui recouvre tout mouvement d'appareil dont le rendu s'apparente à celui d'un chariot monté sur rails. Le travelling est donc réalisé à partir de moyens de déplacement aussi divers que la voiture, le train, le bateau, l'avion, l'hélicoptère, le steadicam ou une caméra portée.

Ce mouvement est utilisé dans diverses situations. La caméra peut faire un travelling sur différents visages. De cette façon, le spectateur regarde attentivement le visage de chaque personnage, comme s'il le découvrait par le truchement d'un « gros plan en mouvement ». Dans Les Quatre Cents Coups, de très longs travellings latéraux suivent le héros en mouvement.

Le travelling circulaire

Ce mouvement est généralement associé à l'idée de créer un lien visuel et métaphorique fort entre les interlocuteurs. Dans la séquence du film d'Ettore Scola Nous nous sommes tant aimés, trois camarades de combat se retrouvent longtemps après la fin de la guerre. Le travelling circulaire exprime l'idée du lien indissoluble entre les trois personnages. Un travelling circulaire peut également être utilisé dans un dialogue entre deux personnages afin d'en dramatiser l'expression.

Le travelling circulaire peut aussi exprimer le fait que le spectateur n'a pas accès à la relation ainsi rendue. Le travelling circulaire peut servir à mettre en scène un complot qui ne sera révélé que plus tard au spectateur. Le mouvement de la caméra permet d'exposer un thème, implique plus profondément le public dans l'intrigue et, surtout, augmente l'impact de la narration.


La succession travelling avant / travelling arrière

Dans le travelling avant, la caméra avance progressivement vers un objet, parallèlement à l'axe optique de l'objectif. Le champ de vision se réduit au fur et à mesure que la caméra se rapproche de l'objet filmé.

Dans le travelling arrière, la caméra se recule progressivement d'un objet, toujours parallèlement à l'axe optique de l'objectif. Le champ de vision s'élargit à mesure que la caméra s'éloigne de l'objet filmé.

Ces mouvements d'appareil sont communément utilisés, et l'on voit souvent un travelling qui s'avance vers un objet suivi d'un travelling arrière dans un lieu différent, qui part d'un objet identique. Le plus souvent, ces mouvements permettent d'entrer ou de sortir d'un endroit. Cependant, ils peuvent être utilisés à des fins dramatiques ou pour établir une comparaison : voyant un même objet dans deux endroits différents, le spectateur compare immédiatement les deux situations.

Voici comment ce procédé de « travelling avant - travelling arrière » est utilisé dans Fargo, des frères Coen. Deux hommes de main se cachent dans un bungalow dans les faubourgs de la ville. La personne qu'ils ont kidnappée est assise sur une chaise, les mains liées, le visage caché par une cagoule. Un des brigands cherche quelque chose. Il fixe alors la respiration régulière de sa victime, qui en passant à travers la cagoule humecte le tissu. Il jette un coup d'oeil à son comparse occupé à marteler frénétiquement le poste de télévision qui ne fonctionne pas. Alors que le premier brigand observe le comportement stupide de l'autre, la caméra s'avance en travelling vers le téléviseur jusqu'à ce que l'écran prenne tout le cadre. Puis la caméra reste sur l'écran jusqu'à ce qu'une image apparaisse. La caméra recule alors en travelling, et nous nous rendons compte qu'il s'agit d'un autre téléviseur et d'un endroit différent. Nous raccordons alors sur le nouveau téléspectateur, qui n'est autre que Marge, inspectrice de police, couchée dans son lit, son mari endormi à ses côtés.

travelling avant arriere


Dans ces deux séquences, deux couples regardent la télévision tard dans la nuit ; dans le premier cas il s'agit de brigands, dans le second d'un mari et de sa femme qui attendent un enfant, nageant dans le bonheur. L'alternance des plans nous rappelle les voies différentes que la vie peut emprunter. Le plan prend appui sur un objet précis pour mettre en opposition deux environnements et les personnages qui s'y meuvent.