Les axes diagonaux

Un objet se déplaçant sur un axe diagonal x-y peut être soit en train de descendre, soit en train de gravir la pente. Un cadre possède en effet deux diagonales et deux mouvements possibles sur chacuen d'entre elles, soit quatre axes diagonaux au total.

Axes diagonaux descendants


Le mouvement sur un axe diagonal descendant suit le sens de la pente. La descente est facile, voire matériellement inéluctable : une fois que le mouvement est mis en branle, il est difficile de l'arrêter.

Axes diagonaux ascendants


Les axes diagonaux ascendants vont à l'encontre de la gravité. Il faut remonter. L'axe diagonal ascendant qui va de droite à gauche est le sens le plus difficile de tous : il est contraire au sens occidental de la lecture et contraire à la loi de la gravité.

 

L'exemple proposé ici est celui de la scène fameuse du landau dans le cuirassé Potemkine.
Les plans du landau dévalant les escaliers sont montés alternativement avec d'autres scènes (soldats, foule, mère affolée). Ils exploitent le caractère inéluctable, fatidique de la descente. Nous savons que rien, à moins d'une intervention divine, ne pourra arrêter le cours de l'événement.