L'axe de profondeur : les temps séparés

L'axe qui marque la profondeur de l'écran va du premier plan à l'arrière-plan. La profondeur est une illusion que l'on traduit habituellement par le terme de perspective. Techniquement, la profondeur de champ, ou distance focale, est la portion d'espace qui est nette le long de cette ligne. Plus la focale est courte, plus la distance focale est grande. Et inversement.

D'une façon générale, on parvient à une grande profondeur de champ en combinant deux éléments : un grand angulaire et un éclairage permettant une toute petite ouverture du diaphragme. Cette combinaison provoque une aberration visuelle fascinante : la distance que parcourt un objet le long de l'axe des z semble raccourcie. Lorsque deux personnages, par exemple, se déplacent du premier plan à l'arrière-plan, leur taille rapetisse plus rapidement qu'on ne le prévoyait. Quand ils reviennent au premier plan, ils semblent se précipiter vers la caméra, avec plus de présence et plus vite que l'oeil ne s'y attendait. L'inverse (focale extra-longue) fonctionne également avec un téléobjectif. Ces effets tiennent aux paramètres du rendu du raccourci inhérent au grand angle et de la profondeur de champ accrue qui permet de garder nets, simultanément, les objets présents au premier plan et l'arrière-plan.

Un de ces jeux célèbres sur l'axe des z est cette scène du film d'Orson Welles, Citizen Kane.

Cette scène ne figure pas dans le scénario original. Elle scène réunit Kane (l'homme d'affaires), Thatcher(le tuteur) et Bernstein (le financier). L'intrigu est la suivante: Kane vient d'apprendre par Thatcher, son tuteur, que le krach boursier de 1929 l'a ruiné. Kane, qui est adulte, est redevient dépendant de son tuteur, comme lorsqu'il était petit garçon. En apprenant qu'il pourrait être mis sous tutelle, Kane avance vers le premier plan de l'image ; sa silhouette est énorme, massive. Il descend ensuite l'axe des z vers le mur du fond de la grande pièce. Chaque pas le fait rapetisser, chaque pas le ramène à sa taille initiale. Lorsqu'il se tient à côté de Thatcher, apparaissant une fois encore en « taille réelle », Thatcher laisse supposer que les pro­blèmes économiques ne sont que temporaires. Sans un mot de dialogue de Kane, Orson Welles a exprimé tout le trouble intérieur de son personnage.

L'usage de la profondeur de champ peut modifier la taille des personnages à mesure qu'ils se déplacent à l'intérieur du plan ; ou/et faire dépendre la taille d'un personnage des autres personnages présents dans le plan.