Raccord dans la couleur

(raccord de structure)

Tout comme un fondu, un raccord dans la couleur permet d'adoucir un changement de plan. Le raccord doit être esthétique et faire progresser l'intrigue. Notre exemple porte sur un raccord en noir et blanc tiré de Citizen Kane. Cet effet se trouve à la fin de la première partie du film : il joue sur deux niveaux de lecture de l'histoire, l’enfance de Kane qui joue dans la neige et le passé de celui-ci (extrait du scénario) .

Un plan s'achève qui montre le journaliste principal, Thompson, lisant le journal de Thatcher pour y trouver des indices sur la vie de Kane.

Le plan avant le raccord est un plan subjectif d'une page du journal que Thomson est en train de lire. La page est blanche, l'écriture est tracée en noir.

Puis ce plan se rac­corde avec un autre plan dont la composition visuelle est presque identique. C'est également le blanc qui y domine, avec quelques petites taches noires rappelant l'écriture de Thompson. C’est en fait de la neige, et les petites taches noires, un enfant jouant avec une luge. Quand arrive le fondu enchaîné, l'histoire racontée sort littéralement de l'écriture, établissant un lien effectif les deux séquences. Le raccord transforme le texte en image, laissant supposer que le dessin de l'écriture et son contenu sont naturellement associés.