Le smash-cut

Le but du smash cut est de choquer le spectateur au moyen d'un changement soudain et inattendu d'image ou/et de son.

Un smash cut visuel peut faire se succéder un plan large aérien et un gros plan d'un ojbjet symbolique. L'effet du smash cut visuel est intensifié par un smash cut au son, où le bruit amplifié produit par exemple par l'objet succèdera au silence.

Le raccord d'un plan large avec un très gros plan donne également un smash cut. L'effet provoque un choc visuel, comme dans la scène de la cage d'escalier de Psychose, où deux plans en plongée se succèdent rapidement. Autre possibilité : raccorder un plan en mouvement rapide à un plan statique. L'effet est comparable à un train à grande vitesse qui percuterait un mur de béton avant de s'arrêter net. Comme beaucoup d'autres procédés, le smash cut met une scène en évidence. Il doit être utilisé à propos, sinon l'effet anticipé par le spectateur fera long feu.

Voici un effet de smash cut au son, plutôt doux mais cependant dérangeant. La caméra ne change pas de plan, mais passe d'un angle latéral à un angle de face.

L'héroïne de Sexe, Mensonges et Video vient de découvrir un bijou qui incrimine son mari. Celui-ci l'a trompée avec sa soeur, dans leur propre lit conjugual. Elle en est bouleversée et va se "confesser" auprès de l'ami de son mari. Cet ami deviendra plus tard son amant.

Pour dramatiser la situation, Steven Soderberg met en scène une transition dont le caractère étrange est renforcé par une bande-son qui passe très rapidement du bruit au silence, lorsque l'héroïne se bouche les oreilles. Le véhicule ne bouge pas, le spectateur ne voit pas l'héroïne conduire, comme si elle parcourait le chemin qui la sépare de son futur amant.

>