Trucages

Avant la numérisation des supports filmiques, le réalisateur et ses technicines devaient faire oeuvre d'imagination pour obtenir certains "effets-spéciaux". Un des maîtres de ce genre fut Alfred Hitchcock, dont voici quelques exemples sur "The Wrong Man". 

Les trucages numériques

La numérisation des supports filmiques rend aujourd'hui assez facile (quoique souvent très coûteux) les immenses possibilités de trucages de l'image.  En voici quelques uns tirés du film Le fabuleux destin d'Amélie Poulain.

Amélie regarde un vieux film et le sous-titrage soudain raconte sa propre histoire "La volonté d'ingérence de Raymond Dufayel est intolérable etc" Ce procédé avait déjà été utilisé au cinéma, notamment dans Nous nous sommes tant aimés d'Ettore Scola, et rappelle les montages faits par les situationnistes dans les années 60 pour détourner des bandes dessinées populaires.

Un trucage simple et très efficace, puisque mis en abîme avec le propre environnement d'Amélie Poulain, est celui-ci, qui consiste en une incrustation de l'image imaginée par Amélie d'un amant qui la rejoint - mais ce ne sera qu'un chat.

Cet autre trucage, consistant en un effet destructif d'un personnage, exprime également parfaitement sa timidité intrinséque, laquelle se traduit en une liquéfaction.

Enfin ce dernier trucage, consistant en un dessin de nuages, extrêmement réaliste et tout chargé de la poésie de l'enfance. Ainsi que des croyances (celle que le voisin parvient à lui faire gober) de cet âge-là....