Flash-back

Le flash back est un procédé tout ce qu'il y a de plus classique dans le roman. Il est cependant à utiliser avec parcimonie au cinéma, car il risque de faire perdre au spectateur le fil de l'intrigue. C'est une erreur de débutant et de nombreux livres consacrés à l'écriture d'un scénario mettent en garde contre l'utilisation de ce procédé, le présentant comme une simple façon de «recoller» à une histoire, ce qui est sa fonction principale.

Remonter le cours du temps est une gageure pour un réalisateur, et à part la technique facile du narrateur intradiégétique en voix-off, il est quasi-impossible de le faire. Le flash-back ne fonctionne auprès du spectateur que s'il fait avancer l'intrigue.

Par contre, il est rejeté s'il est galvaudé ou suspend artificiellement le cours du film en arrivant comme un cheveu sur la soupe. Il existe cependant tellement de flash-back réussis que l'on ne peut complètement écarter ce procédé.

En voici un, tiré d'un dessin animé Ratatouille, avec un effet de dézoom rapide, compensé par un travelling sur le regard, suivi d'un ralenti sur le stylo qui tombe, pour souligner l'émotion qui assaille le personnage du critique culinaire:

Le flash-back permet de faire apparaître des détails cachés et enfouis par le temps. Ainsi dans cette scène de Dolores Clairborne,   Taylor Hackford fait progressivement remonter à la surface la vérité sur la relation qu'entretenait son mari avec sa fille et ce qu'il s'est réellement passé le jour de l'éclipse où ce mari est mort "accidentellement".