L'alternance de plans en plongées / contre-plongées

Nous avons vu, dans la description des deux procédés précédents, que l'incli­naison de l'axe optique génère vers le bas un plan en plongée, et vers le haut un plan en contre-plongée.

Dans Psychose, Hitchcock a utilisé ces deux effets en les alternant. Voici comment il a construit le suspense de cette séquence.

Une jeune femme, Lila, en visite à l'hôtel de Bates, soupçonne que son propriétaire, Mme Bates, vit dans une maison derrière l'hôtel. Ne sachant pas ce qu'elle va y trouver, ni même quelle va être la réaction de Norman, le fils de Mme Bates, Lila grimpe l'escalier abrupt qui mène à la maison.

Plongée: lorsque Lila monte les marches de l'escalier, elle est filmée en plongée. Le plan pourrait être le plan subjectif de quelqu'un qui se trouve dans la maison. Lila semble petite, vulnérable et épiée.

Contre-plongée: on passe ensuite, en raccord, au plan subjectif de Lila qui regarde la maison, imposante et menaçante. La maison semble planer au-dessus de Lila. Puis on repasse au plan subjectif de la maison, mais cette fois Lila est filmée de bien plus près - encore plus proche du danger. En alternant les deux plans, Hitchcock a construit une séquence au suspense d'autant plus effrayant que le plan en plongée semble être le plan subjectif d'un personnage invisible.

Un autre exemple,tiré d'Orange mmécanique : la scène de la mise à l'épreuve du héros conditionné, devant un parterre d'huiles politiques.