Le montage alterné

Il y a montage alterné lorsque des actions se déroulant dans des endroits différents se succèdent alternativement dans une séquence. Ce procédé, qui donne l'impression de simultanéité, est couramment utilisé dans la dernière partie d'un film pour amener l'intrigue à son climax. Le montage alterné peut également être employé à d'autres fins. Dans Cabaret, qui est notre exemple ici, cette technique narrative intervient à la fin de la seconde partie pour marquer le changement radical d'ambiance.

L'histoire se passe à Berlin pendant l'accession d'Hitler au pouvoir. Au fur et à mesure que le film se développe, la présence nazie s'intensifie jusqu'à tout gangrener. Le changement de climat est évoqué à travers un numéro de danse, rythmé par un montage alterné ; à la fin de la scène apparaissent les conséquences concrètes de ce changement.

Les danseuses balancent les jambes en ligne pendant que le maître de cérémonie lance au public des plaisanteries grivoises. Les danseuses s'arrêtent, retirent les fleurs piquées dans leur chapeau et le font pivoter. De coquets qu'ils étaient, les chapeaux prennent une allure de casques lourds et le pas de danse se transforme en pas de l'oie des défilés nazis. L'éclairage jaune-orange associé au lyrisme et à la liberté est remplacé par un brouillard bleu et froid. Puis le montage alterné commence.

On passe du pas de l'oie des danseuses à la maison d'une jeune femme juive. Chaque retour au plan de la maison de la femme intensifie la sauvagerie des brutes qui ont pénétré dans sa propriété. Nous voyons d'abord les voyous se ruer sur les grilles, puis la femme abasourdie dans l'embrasure de la porte, qui répond aux derniers visiteurs nocturnes qui s'en vont; enfin, son petit chien étendu mort sur le seuil. Le massacre sauvage de son chien ancre la danse abstraite dans la réalité.

Le montage alterné part d'un concept pour arriver à sa matérialisation. II exprime l'idée qu'un certain monde est révolu et qu'un nouveau vient d'arriver. La violence des nazis est devenue la norme et continuera en toute impunité.

Les deux extraits du scénario présentés ici ont été réunis en une scène unique au montage final.

Le montage alterné peut aussi avoir pour fonction de faire monter le suspense d'un cran, comme dans la scène finale des Dents de la Mer, où Stephen Spielberg alterne un plan sur le requin et un plan sur le tireur, jusqu'à l'explosion finale: